Décès inopinée de Jérôme Akayezu

Jerôme AKAYEZU est décédé inopinément le 19 juin 2021. Il était en passe de devenir un bénéficiaire de CCMES mais le Covid en a décidé autrement.
En 1999, un groupe de 12 parents de Nasho s’est organisé et s’est choisi un représentant en la personne de Ladislas BAVUGIRIJE. Ils ont pris 18 enfants à l’orphelinat et ils sont tous partis avec eux à l’Est du pays, loin du lieu d’adoption.

JPEG - 60 kb AKAYEZU, un de ces orphelins, avait été adopté par Cyprien NZABAKURIKIZA de même que Claudine UWAMAHORO qui devenait ainsi sa sœur d’adoption. Les deux enfants ne sont pas restés longtemps chez leurs parents adoptifs, ça ne s’est pas bien passé. Jérôme est parti de son côté en 2003, et Claudine est partie du sien en 2004. Le frère et la sœur se sont retrouvés en 2011, lorsque Claudine est devenue plus stable dans la vie, et qu’elle a recherché son frère.

Jérôme a mené une vie pas facile, en changeant plusieurs fois de domicile, jusqu’au jour où il a rencontré un bienfaiteur qui l’a pris chez lui, pendant qu’il continuait à chercher des petits boulots. Il a fini par trouver les moyens de se payer un logement, mais il continuait à manger chez son bienfaiteur, monsieur BAZIRUNGUKA qui l’a trouvé digne de confiance et lui a confié la gestion de ses stocks de marchandises.
Avec son salaire, Jérôme avait réussi au fil du temps à avoir lui-même ses propres biens et il était devenu un propriétaire de terrains, de vaches et de rizières.
Il est malheureusement tombé malade, et il mourait quelque jours après, au dispensaire de KIREHE, le chef-lieu du District de KIREHE.
CCMES a contribué à l’enterrement de Jérôme, en soutien à Claudine qui était toute bouleversée. Une autre bénéficiaire, Odile MUGABE l’a accompagnée. Voilà pour l’histoire de sa courte vie.

Il est très douloureux, pour les familles qui recherchent les leurs, de se dire qu’une mère a mis au monde cet enfant, et qu’elle est restée sans nouvelles de lui. Les proches et la famille ont le même ressenti. La mort qui emporte un jeune tel que Jérôme lui coupe définitivement la possibilité de retrouver les siens.
Les pressions sont nombreuses sur les familles pour qu’elles ne recherchent pas les leurs. Cette épée de Damoclès est pesante ; elle empêche les parents de se sentir libre de les chercher. Les parents ne sont pas éternels non plus et ils peuvent disparaître sans avoir revu leurs enfants. C’est d’autant plus regrettable que les membres d’une famille décomposée vivent souvent tous dans le pays d’origine.
Il serait grand temps que les parents se réveillent et recherchent leurs enfants dont ils n’ont pas de nouvelles. Les enfants, quant à eux, sont généralement portés à chercher et savoir.

For any information